juil 05

L’art africain expliqué : la poupée de fertilité ashanti

Histoire et légende africaine.

Selon la tradition orale, dans le royaume de Ghana (rien à voir avec le Ghana actuel), la première femme qui aurait utilisée, cette poupée ashanti de la fertilité, se serait appelée Akua. Etant l’objet des moqueries, de toutes les autres femmes africaines, car  elle ne pouvait avoir d’enfants, elle consulta un prétre ashanti. Celui-ci lui aurait conseillé de porter, en permanence, cette statuette en bois. Bien evidement, Akua finit par tomber enceinte, et accoucha d’une magnifique petite fille, aussi jolie que la statue !   

La poupée de fertilité en Afrique de l’Ouest.

La fécondité et les enfants étaient, et sont toujours, des sujets importants pour les sociétés africaines, puisqu’ils représentent la famille et par la-même, la vie, la continuité du village, de la communauté . D’ailleurs la notion de fertilité est souvent présente, on la retrouve aussi dans les statues statues kalao, également symbôle de la fertilité.

L’Afrique de l’Ouest  est vaste, et l’usage de la statue ashanti africaine différe un peu selon les régions, mais avec un objectif commun : la fécondité de la femme qui la porte.

Ces statues Akua’ba, communément appelées poupées de la fertilité Ashanti, sont des statues en bois, qui étaient, et sont toujours portées par les femmes enceintes, serrées dans leur pagne, pour avoir de beaux enfants et fonder une famille, comme le veut la légende d’Akuba.  Dans certaines régions, elles peuvent même être portées avant le mariage.

Lire la suite »